PILORO
 

Pier Louis Robert, alias Piloro, was born in the 80's in Nantes (France). 

In the 90's, Piloro started to broadcast his sound art via the electronic and choreographic music scene, as well as radios, media and disc recordings. Subsequently, he added a pictorial dimension to his universe of sound. In 2012, he exhibited his work in several galleries and festivals in London, including at Passion for Freedom.

 

An artistic explorer, Piloro draws lines between mediums, lights, colours, techniques, sounds, abstraction and figurative, codes and time. Through a singular symbolism, he has explored further his favorite theme: time and the human being. An invitation to think art differently, to invite one's senses.

PILORO

Pier Louis Robert alias Piloro est né dans les années 80 à Nantes en France.
Depuis les années 90, Piloro diffuse ses oeuvres sonores via la scène de musiques électroniques et chorégraphique, radios, médias et supports discographiques. Par la suite il ajoute une dimension picturale à son univers sonore. En 2012 il expose son travail dans plusieurs galeries et festivals à Londres, notamment au Passion for Freedom.

Explorateur artistique il tend des lignes entre les médiums, les lumières, les couleurs, les techniques, les sonorités, l’abstraction, le figuratif, les codes et le temps. A travers une symbolique singulière il approfondit son thème de prédilection du temps et de l’homme. Une invitation à penser l’œuvre différemment, à inviter ses sens.

PILORO

Artista nato a Nantes (France), attualmente vive a Londra.

Il suo lavoro è basato sulla nozione di tempo, memoria ed emozioni. Corpi semplicemente vestiti da nastri che rappresentano la loro memoria. Si oppongono ai sentimenti ed ai loro pensieri. I simboli s'incontrano e si mescolano alla natura in una atmosfera irreale. Curve senza tempo per una visione onirica dell'uomo. La traccia di un movimento.

PILORO

艺术家,来自法国南特,现居伦敦。其作品灵感来自于对时间、记 忆和情感的见解。

简单的线条展现人体,呈现其记忆。符号们与情感和思想相冲击,在自然的色彩中相遇并相容,创造出虚幻的氛围。

永恒的曲线提供了一个梦幻般的视觉。

运动的轨迹。

1997 - 2005 Lives machines - FeelM, Green Velvet, Jeff Mills, Kojak, DJ Vas, Spirale, Plaisir de France, Laurent Ho, Brett Dancer, Ro3, Lady B.
1998 - 2000 Music Production sur RedFish Record, Naoned Record, White Label.
2000 Création sonore - Evor - Plasticien.
2001 Créations sonores - Armel Edom - Photographe.
2001 Création sonore Défilé de mode - Musée des Beaux-Arts de Nantes.
2002 Création sonore pour Cédric Tanguy (Artiste) http://tanguy.aeroplastics.net
2003 Créations sonores (Cie D'N'S) - Danse
2004 Création vidéo -  Moyen métrage "Sexe and Rock'n'Roll will Rock U" JP Dugand, Quentin Dupieux, Didier Poiraud.
2005 Conception vidéo et Audio -  ex danseur de la Compagnie Écart.
2006 - 2008 Installations vidéos VJ - Nantes Festivals.
2010 Création audiovisuel "PMV" - Canal+
2010 Création Vidéo Festival Optiques - Triphase - Nantes.
2012 Collaborations Max Chrisostomo Coelho - Sculpteur "Pense-Bête".
2013 Sound Design -  Hack Ballet - Danse - Londres.
2014 Sound Design - Sasha Fornari (Film director) - Chicago.
2018 Création sonore "Body Memory" Nicolas Ruann (Film director).

2019 Création sonore - Performance Danse "LOST IDENTITIES" de Nicolas Ruann - Steven Chotard.

2019 Création URBAN RUBAN Collection

Expositions / Performances:


2012 Performance for Collaborative Art Network - at The New Empowering Church - London
2013 The Gallery On The Corner - London Battersea Park - London
2013 Embassy Tea Gallery - London
2013 Nominée au Passion for Freedom Festival - London
2014 - 2017 ArtMe - Nantes
2014 TriSpace Gallery for Pure Performance - London

2015 Kazoart - Galerie web
2017 - 2019 Galerie Laute - Rennes

 

     Article FRAGIL (2018)

     Agnès Foissac

Piloro, un art pluriel


 

Focus sur le travail polytechnique d’un artiste nantais
La création n’est pas un long fleuve tranquille. Si nous ne retenons souvent d’un artiste que son support de prédilection ou la technique qui illustre le mieux son œuvre et l’inscrit dans l’Histoire, son parcours est souvent plus complexe et plus curieux qu’il n’y parait. Les céramiques de Picasso par exemple sont moins connues du grand public que ses tableaux, et à l’inverse les quelques vingt peintures de Léonard de Vinci éclipsent presque son travail titanesque d’ingénierie, d’anatomie et de recherche scientifique. D’autres laissent à la postérité une double expertise, souvent en peinture et en sculpture, ce qui nous semble naturel alors que les domaines explorés et les techniques utilisées s’avèrent radicalement différents. Nous pouvons ainsi penser à Edgar Degas, Marcel Duchamp, Jean Dubuffet ou Joan Miro parmi les plus célèbres. L’artiste est un explorateur, il cherche et se cherche, dans une apparente et obsédante répétition chez un Pollock ou un Soulages, une quête de sens profonde et obnubilée.
L’artiste est un explorateur, il cherche et se cherche…
Tout artiste est poussé un jour par ce cheminement impérieux, qui commande et évolue en même temps que lui, et lui fait aborder différents supports, jusqu’à créer de nouveaux liens, de nouveaux ponts et amener le public à penser l’œuvre différemment, à inviter ses sens.

L’artiste contemporain manie les outils que lui offre son époque et poursuit la même obsession créatrice. C’est d’abord la musique qui a interrogé la curiosité artistique de Piloro  « la musique c’est mon premier amour, tout jeune j’avais un radio cassette, j’enregistrais tout et n’importe quoi, et après je faisais des montages. » DJ dans les années 90 il côtoie des figures emblématiques comme Mr.Oizo et partage l’affiche avec des noms prestigieux comme Jeff Mills, FeelM, Laurent Ho ou encore Green Velvet.


” J’avais envie d’aller vers l’humain “


La création musicale le passionne mais il lui manque la dimension visuelle. Juste avant le nouveau millénaire s’opère un virage lors notamment d’une rencontre avec une compagnie de danse contemporaine « je voulais sortir du carcan machine, l’électro, la techno on compose vraiment sur des boites à rythme, des samplers, échantillonneurs, toutes les machines possibles et j’avais envie d’aller vers l’humain, ce rapport humain à une œuvre telle qu’un ballet, il y avait un ensemble avec la musique et le mouvement ». Son travail d’expérimentation entre le son l’image et le mouvement se poursuit jusqu’à aujourd’hui. Il comprendra notamment la collaboration avec des danseurs de claquettes pour lesquels Piloro construit un plancher intégrant des capteurs qui déclenchent des séquences pouvant être intégrées et réutilisées par les danseurs lors des performances. Il invente encore un gilet muni également de capteurs qui déclenche dans le mouvement du danseur des séquences sonores, des coupures ou des répétitions. Avec une danseuse orientale et un musicien de Oud, il mélange culture ancestrale et modernité du son électronique. La rupture avec les codes se poursuit dans une collaboration avec une danseuse classique qui recherche une autre appréhension du mouvement et de l’espace. Cette figure de la danseuse, figée dans un mouvement dont on ignore l’issue, ascendante ou descendante, se retrouve d’ailleurs fréquemment dans l’œuvre picturale de l’artiste. Elle est cet autre lien entre musique et image, comme un rythme suspendu.

” Je compose la lumière et je peins la musique “


Chez Piloro, il y a un phénomène synesthésique, des modalités sensorielles différentes s’associent instinctivement, le son et l’image s’appellent et se répondent : « la musique m’inspire pour la peinture et la peinture m’inspire aussi pour la musique, c’est un vrai ping pong ! (…) Je compose la lumière et je peins la musique ». Son but est principalement de « créer des univers ». Il filme ainsi longuement une de ses toiles, le mouvement de la caméra accompagné par une de ses créations sonores permet une immersion particulière dans la contemplation de l’œuvre.

 

“… l’humain est primordial. “


Il y a bien ce mystère, cette pudeur chez Piloro qui se dissimule derrière un avatar, une image volontairement masquée. Une autre invitation à faire travailler l’imaginaire, héritée d’une époque d’avant la starification et la mise en lumière des DJ où il était coutume pour l’artiste d’œuvrer dans l’ombre. A Londres pourtant, sa nomination au Passion for Freedom Festival en 2013 lui confirme que la voie picturale est à privilégier. Il s’amuse à raconter que lors d’une exposition outre-manche, préférant être reconnu davantage pour son travail que pour son statut d’artiste, il prenait plaisir à se faufiler entre les membres du public afin d’écouter l’authenticité des commentaires, loin des conventions polies et des flatteries de circonstance. Dans ces yeux bleus qui vous fixent avec douceur se retrouvent à la fois la malice de l’enfance et cette même détermination presque têtue, cette volonté abrupte poussée par la nécessité de créer, et de retrouver du sens : «On est de plus en plus dans une société où c’est plus l’outil qui te happe, qui t’aspire le cerveau et du coup l’essence même n’est plus là, alors que l’humain est primordial » nous dit Piloro. A méditer autour d’une de ses œuvres.
 

Thanks to: La Galerie Laute, Zaz, Anton, Margaux, Sylvain, MH&B, Jack'O, Céline, FeelM, Stephanie, Giulia, Luc&Fafa, Briar, Passion for Freedom, Clémence, Ines Ka, Marianna, Kasia, Marjorie, Sophie A, Thanh, Agnès Foissac, Cedrix Crespel, Sophie T. Viktor, Ania Pawlik, Mathilde, Kazoart, Julien Cottereau, Sarah Pariset FX, Briar, Nicolas Ruann Crédits photos: Laetitia Lopez Photographie.

Piloro art 2020 - Pier Louis Robert